3 months to Doomsday: Offshore assets & Automatic exchange of information

hourglass-1703330_1280

What is the “automatic exchange of financial information”

In order to increase tax transparency across the globe, the Organisation for Economic Co-operation and Development (OECD) adopted the Common Reporting Standard (CRS) on July 15, 2014. The CRS initiative calls on each participating jurisdiction to obtain information from financial institutions within their country and automatically exchange that information with other jurisdictions on an annual basis. The objective is to increase tax compliance by providing key information to the participating jurisdictions allowing them to identify whether their citizens accurately report their foreign assets and income.

However, since the CRS is not constraining, 90 jurisdictions have also signed the Multilateral Competent Authority Agreement (MCAA) on automatic exchange of financial account information. The MCAA provides a mechanism to facilitate the exchange of information in accordance with the CRS. Such information to be disclosed includes the following :

  • The name, address, taxpayer identification number, date and place of birth of each account holder;
  • The account number;
  • The name and identifying number of the financial institution;
  • The account balance or value (including, in the case of a cash value insurance contract or annuity contract, the cash value or surrender value) as of the end of the relevant calendar year or the closure of the account;
  • The total gross amount of interest, dividends and other income generated with respect to the assets held in the account.

Continue Reading »

facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Actifs étrangers et échange automatique de renseignements : 3 mois avant l’apocalypse

hourglass-1703330_1280

Qu’est-ce que « l’échange automatique de renseignements financiers »?

Afin d’accroître la transparence fiscale à travers le monde, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a adopté la norme commune de déclaration (NCD) le 15 juillet 2014. L’initiative de la NCD invite les juridictions participantes à obtenir des renseignements auprès des institutions financières de leur pays et à les échanger automatiquement avec d’autres juridictions sur une base annuelle. L’objectif est d’accroître l’observation des règles fiscales en fournissant des renseignements importants aux juridictions participantes afin de leur permettre de déterminer si leurs citoyens déclarent correctement leurs actifs et leurs revenus étrangers.

Cependant, puisque la NCD n’est pas contraignante, 90 juridictions ont également signé l’Accord Multilatéral entre Autorités Compétentes (AMAC) sur l’échange automatique de renseignements financiers. L’AMAC fournit un mécanisme pour faciliter l’échange de renseignements conformément à la NCD. Les renseignements à divulguer comprennent ce qui suit :

  • Le nom, l’adresse, le numéro d’identification du contribuable et la date et le lieu de naissance de chaque titulaire du compte;
  • Le numéro de compte;
  • Le nom et le numéro d’identification de l’institution financière;
  • Le solde ou la valeur du compte (y compris, dans le cas d’un contrat d’assurance comportant une valeur de rachat ou d’un contrat de rente, la valeur de rachat) à la fin de l’année civile concernée ou à la fermeture du compte;
  • Le montant total des intérêts, des dividendes et des autres revenus générés relativement aux actifs détenus dans le compte.

Continue Reading »

facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Why now is the time to do a voluntary disclosure of foreign assets

money-515058_1920The Canada Revenue Agency’s (the ‘’CRA’’) voluntary disclosures program allows taxpayers who meet certain conditions to correct inaccurate or incomplete information previously submitted to the CRA, or to disclose information not previously reported on their tax form. Under the current voluntary disclosures program, those who make a valid disclosure will be responsible for paying the taxes and reduced interest owing as a result of their disclosure, the whole without penalties or fear of prosecution. However, access to the voluntary disclosures program will be limited in the near future and radical changes will be introduced.

Access to the voluntary disclosures program limited for some and radical changes for others

However, on May 29, 2017, the CRA announced by the way of its Report on Progress that a revised voluntary disclosures program policy would be introduced shortly. The changes sought will tighten the access to the voluntary disclosures program and the relief provided. This announce by the CRA is made after the recommendation from the Standing Committee on Finance to conduct a review of the voluntary disclosures program as part of the strategy to combat offshore tax evasion and aggressive tax planning.

In completing its review of the program, CRA sought input from the Offshore Compliance Advisory Committee (the ‘’OCAC’’). In December 2016, the OCAC released the ‘’Report on the Voluntary Disclosures Program’’ which sets out different recommendations to ‘’improve’’ the program. The main contemplated alterations are to, in certain circumstances :

  1. increase the period for which full interest must be paid;
  2. reduce penalties relief in certain circumstances so that the taxpayers pay more than they would pay if they had been fully compliant; and
  3. even deny relief from civil penalties.

Such circumstances could include, for example :

  • Situations where large dollar amounts of tax were avoided;
  • Active efforts to avoid detection and the use of complex offshore structures;
  • Multiple years of non-compliance;
  • Disclosures motivated by CRA statements regarding its intended focus of compliance, by broad-based tax compliance programs or by the reception of leaked confidential information by the CRA such as the Panama Papers data leak; and
  • Other circumstances in which the CRA considers that the high degree of the taxpayer’s culpability contributed to the failure to comply.

Less certain and more expensive results

If implemented by the CRA, the recommendations of the OCAC would significantly change the current voluntary disclosures program and the result of a disclosure would be more discretionary and expensive. Therefore, taxpayers entertaining the possibility of making a voluntary disclosure may want to act soon as the CRA intends to tighten the criteria for acceptance into the voluntary disclosures program and to be less generous in its application.

For more information about filing a voluntary disclosure download “The Voluntary Disclosures Programs in Canada (And in Québec)“.

facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

English vs French – Linguistic favoritism by Tax Court Judge : decision quashed by the FCA

 Fasken Martineau Tax bulletin

In Industrielle Alliance vs. Mazraani and MNR[1], the Federal Court of Appeal recently quashed a Tax Court of Canada decision on the basis that the trial judge violated the linguistic rights of both witnesses and counsel for Industrielle Alliance. The reasons for judgment can be found here in English and French.

The Tax Court of Canada decision

Before the Tax Court of Canada (TCC), Kassem Mazraani[2] appealed the Minister’s determination that he was not engaged in insurable employment while working for Industrielle Alliance between April and November 2012. Industrielle was an intervenor to the appeal and had taken the position that the Minister’s determination was correct since an independent contractor agreement had been concluded with Mazraani. The appeal was heard under the informal procedure before Justice Archambault and the hearing lasted 6 days. Mazraani filed his appeal in English, the Minister’s reply was in English also and Industrielle’ s intervention was in French.

In a massive 160 page decision, the TCC concluded that Mazraani was engaged in insurable employment.

Continue Reading »

facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Favoritisme linguistique lors d’une audition à la Cour canadienne de l’impôt : la Cour d’appel fédérale annule une décision

 Fasken Martineau Tax bulletin

Dans la récente décision Industrielle Alliance, Assurance et services financiers Inc. c. Mazraanim et M.N.R.[1], la Cour d’appel fédérale annule une décision de la Cour canadienne de l’impôt au motif que le juge de première instance a enfreint les droits linguistiques des témoins et de l’avocat de l’Industrielle Alliance. Les motifs du jugement peuvent être consultés ici en anglais et en français.

Décision de la Cour canadienne de l’impôt

Devant la Cour canadienne de l’impôt (CCI), Kassem Mazraani[2] en appelait de la décision du Ministre selon laquelle il n’occupait pas un emploi assurable auprès d’Industrielle Alliance durant la période d’avril à novembre 2012. Industrielle Alliance était une intervenante dans le cadre de l’appel à la CCI. Elle soutenait que la décision du Ministre était juste, puisque l’entreprise avait conclu un contrat d’entrepreneur indépendant avec Mazraani. L’appel a été entendu selon la procédure informelle par le juge Archambault et l’audition a duré six (6) jours. L’avis d’appel de Mazraani était en anglais, la réponse du Ministre était aussi en anglais et l’avis d’intervention d’Industrielle Alliance était en français.

Dans une décision imposante de 160 pages, la CCI a conclu que Mazraani avait occupé un emploi assurable.

Continue Reading »

facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Selected Tax Measures in the Canadian Federal Budget 2017

canada-1184869_1920The Minister of Finance (Canada), the Honourable Bill Morneau, presented the Government of Canada’s 2017 Federal Budget (“Budget 2017“) on March 22, 2017. Budget 2017 contains significant proposals to amend the Income Tax Act (Canada) and the Excise Tax Act (Canada) while also providing updates on previously announced tax measures and policies.

Significant Budget 2017 proposals and updates include:

  • Investing an additional $523.9 million over five years to prevent tax evasion and improve tax compliance.
  • Extending the mutual fund merger rules to “switch” funds and segregated funds.
  • Extending base erosion rules to Canadian life insurers with foreign branches.
  • Two measures that clarify the timing of recognition of gains and losses on derivatives held on income account.
  • Updates on Canada’s participation in the Organisation for Economic Co-operation and Development project on Base Erosion and Profit Shifting.

Our full analysis of selected proposals and tax measures can be found on Fasken.com.

facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Cour suprême du Canada: l’intention véritable des parties a ses limites

n0wnh53cbn0-austin-lee

Après l’arrêt AES de 2013[1], la Cour suprême du Canada (« CSC ») statue à nouveau sur la modification rétroactive des contrats en droit civil et tranche, cette fois-ci, en faveur des autorités fiscales dans l’affaire Groupe Jean Coutu (PJC) inc. c. Canada (Procureur général), 2016 CSC 55.

Dans cette affaire, le Groupe Jean Coutu (PJC) Inc. (« PJC Canada ») demandait de modifier une série transactions effectuées avec sa filiale américaine, PJC USA. En 2004, cette dernière avait investi dans une chaîne de pharmacies américaines. Les variations de la valeur de cet investissement en raison des fluctuations du taux de change suscitaient des perceptions négatives chez les investisseurs. PJC Canada a alors décidé de compléter une série de transactions ayant pour effet de neutraliser l’effet des fluctuations du taux de change. Cette série de transactions a toutefois occasionné certaines conséquences fiscales imprévues pour PJC Canada, d’où sa demande de modification.

La demande de PJC Canada est rejetée. S’il est vrai que l’intention d’éviter des conséquences fiscales était une considération générale pour que PJC Canada procède aux transactions, la CSC considère que le simple désir de vouloir éviter de telles conséquences ne permettait pas de justifier la demande de modification.

Le contrat en trois actes : l’objet, la cause et les conséquences

La CSC s’attarde à bien distinguer l’objet, la cause et les conséquences recherchées aux termes du contrat.

L’objet de l’obligation contractuelle est la prestation à laquelle le débiteur est tenu envers le créancier et qui consiste à faire ou à ne pas faire quelque chose. L’objet de la prestation est la chose sur laquelle porte la prestation. En revanche, la cause du contrat est la raison qui détermine chacune des parties à le conclure et les conséquences recherchées représentent ce que les parties veulent en tirer. L’interprétation des contrats est étroitement liée à l’objet de la prestation ou du contrat, et non à la cause (la raison) ou les conséquences recherchées :

[24] […] Il en est ainsi parce que l’interprétation des contrats est axée sur ce que les parties contractantes ont vraiment convenu de faire, et non sur les raisons qu’elles avaient de conclure le contrat ou sur les conséquences qu’elles voulaient que ce contrat produise.

En l’espèce, l’intention d’éviter des conséquences fiscales était la conséquence recherchée, et non l’objet du contrat :

[28] […] Ainsi, il serait plus exact de dire que l’intention selon laquelle aucune conséquence fiscale défavorable ne doit découler du contrat est la conséquence recherchée par les parties au contrat, et que l’intention de neutraliser l’effet des fluctuations du taux de change est la cause du contrat […] Ni l’une ni l’autre ne constitue un contrat, l’objet d’un contrat ou l’objet d’une obligation, et ni l’une ni l’autre ne peut justifier que l’on modifie avec effet rétroactif des documents qui constatent et exécutent avec exactitude ce que les deux parties avaient vraiment convenu de faire.

L’erreur de PCJ Canada ne résidait pas dans la façon dont les transactions ont été exprimées

L’objet d’un contrat ou d’une obligation doit être suffisamment précis et déterminé ou déterminable pour qu’on y retrouve l’intention commune des parties recherchée au moment de l’interprétation d’un contrat. Rechercher l’intention véritable des parties ne permet donc pas de modifier la déclaration écrite du contrat sur la base de la cause ou des conséquences du contrat :

[29] Des documents écrits peuvent être modifiés en application de l’art. 1425 C.c.Q. pour qu’ils reflètent avec exactitude l’entente véritable intervenue entre les parties. Par contre, l’entente comme telle ne peut être modifiée pour atteindre les résultats, quels qu’ils soient, que les parties peuvent avoir voulus ou escomptés en la concluant. PJC Canada et PJC USA se sont entendues sur la série de prestations précises qu’elles voulaient exécuter, et il n’y a eu aucune erreur dans la façon d’exprimer ou d’exécuter cette entente. Cette dernière a simplement eu pour PJC Canada des effets imprévus et indésirables sur le plan fiscal. Comme le dit l’intimé, l’erreur réside dans les transactions dont les parties ont convenu, non dans la façon dont elles ont été exprimées.

Convergence entre le droit civil et la common law

Par ailleurs, la CSC indique que le droit civil québécois et la common law canadienne ne diffèrent pas vraiment quant à la doctrine de la modification ou de la rectification en matière contractuelle. Malgré son origine différente en droit civil et en common law, cette doctrine poursuit les mêmes objectifs et s’applique essentiellement de la même manière dans les deux systèmes de droit :

[47] […] la rectification relevant du droit civil québécois et celle relevant de l’equity sont d’application stricte, en ce sens que la modification ne peut porter que sur l’expression ou la transcription du contrat; le contrat lui-même ne peut être reformulé. En outre, dans les deux cas, c’est la véritable entente qui prime, et non pas ses conséquences ou ses effets voulus.

Dissidence des juges Côté et Abella

Il faut noter que les juges Côté et Abella sont dissidentes et auraient permis la modification des transactions. Selon elles, les considérations fiscales étaient une condition sine qua non de la structure transactionnelle envisagée par les parties. Puisque l’intention véritable des parties était d’assurer une neutralité fiscale en complétant des transactions pour enrayer l’effet des fluctuations du taux de change, celle-ci permettait de modifier la série de transaction :

[69] En l’espèce, il existe un écart évident entre, d’une part, l’intention commune et continue des parties et, d’autre part, les opérations exécutées dans le but de donner effet à cette intention. La preuve démontre que l’intention commune et continue des parties portait non seulement sur l’objet du contrat, mais aussi sur ses conséquences fiscales.

Cette dissidence démontre que la portée du concept d’intention véritable des parties demeure un sujet propice aux débats.

Note : Un deuxième bulletin sera émis sou peu pour discuter plus en détail du débat fiscal qui a eu lieu dans cette affaire et de l’impact de cette décision d’un point de vue fiscal.


[1] Québec (Agence du revenu) c. Services Environnementaux AES inc., 2013 CSC 65.

facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Modifications announced to the Act respecting duties on transfers of immovables

montreal-865436_1920

Duties on Transfers of Immovables in Québec: Implementation of Previously Announced Amendments

On November 16, 2016, the Minister, Carlos J. Leitão, tabled Bill 112 giving effect to several fiscal measures announced in the Budget Speech delivered on March 17, 2016.

Among the measures set out in Bill 112 are the modifications announced to the Act respecting duties on transfers of immovables (CQLR c. D-15.1) (the “Act”). Bill 112 must still go before a parliamentary commission before its adoption.

The measures announced in the Budget Speech revolve around the following three main changes:

  • Imposing mutation duties at the time of the transfer of an immovable, as opposed to the time of its registration in the land register – thereby imposing off-title transfers of an immovable;
  • Amending the conditions of certain exemptions from payment of mutation duties, in particular in respect of transfers between closely-related parties, and introducing a requirement that the exemption conditions underlying the exemption be maintained for a period of 24 months following an exempt transfer;
  • Introducing new conditions applicable to exemptions, specifically in respect of transfers between former de facto (common-law) spouses and transfers in favour of an international governmental organization that has entered into an agreement with the Government with respect to its establishment in Québec.

It is worthwhile noting that the measures will only apply to transfers of immovables occurring after March 17, 2016.

Bill 112, entitled An Act to give effect mainly to fiscal measures announced in the Budget Speech delivered on 17 March 2016, details the means by which these amendments will be implemented. One should note that Bill 112 will only come into force on the date of its passage by the National Assembly and its assent thereto by the Lieutenant-Governor.[1]

Continue Reading »

facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Modifications annoncées à la Loi concernant les droits sur les mutations immobilières

castle-547206_1920

Droits sur les mutations immobilières : Mise en œuvre des modifications annoncées

Le ministre Carlos J. Leitão a déposé le 16 novembre 2016 le Projet de loi 112 mettant en œuvre certaines mesures fiscales annoncées lors du discours sur le budget du 17 mars 2016.

Parmi les mesures reflétés au Projet de loi 112, on retrouve les modifications annoncées à la Loi concernant les droits sur les mutations immobilières (CLRQ c. D-15.1) (la « Loi »).  Le Projet de loi 112 doit encore être examiné en commission parlementaire avant son adoption.

Ces modifications annoncées au discours du budget sont principalement de trois ordres :

  • Imposer le droit sur les mutations au moment du transfert d’un immeuble, et non au moment de son inscription au registre foncier – ayant pour effet d’imposer les transferts d’immeubles effectués hors titres;
  • Modifier certaines conditions d’exonération du droit sur les mutations, notamment entre parties étroitement liées, et d’insérer une exigence du maintien de la condition d’exonération pour une période de 24 mois suivant un transfert exonéré;
  • Introduire de nouvelles conditions d’exonération, notamment à l’égard des transferts effectués entre ex-conjoints de fait et de transferts effectués en faveur d’une organisation internationale gouvernementale qui a conclu une entente avec le gouvernement relativement à son établissement au Québec.

Fait à noter, les mesures ont effet à compter des transferts d’immeubles réalisés après le 17 mars 2016.

Le Projet de loi 112, intitulé Loi donnant suite principalement à des mesures fiscales annoncées à l’occasion du discours sur le budget du 17 mars 2016, vient détailler la mécanique par laquelle ces modifications seront mise en œuvre.  À noter que le Projet de loi 112 n’entrera en vigueur que suite à son adoption par l’Assemblée nationale et sa sanction par le Lieutenant-gouverneur.[1]

Continue Reading »

facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Tax Court: arrears interest after GAAR assessment accrue from the taxpayer’s balance-due day

old-1645813

Tax Court confirms that arrears interest on taxes resulting from GAAR assessment accrue from the taxpayer’s balance-due day

In Quinco Financial Inc. v. R. (2016 TCC 190), the Minister of National Revenue had assessed Quinco under section 245 (the “GAAR”) of the Income Tax Act (Canada) (“ITA”) to deny certain claimed capital losses.  Arrears interest on the resulting tax due was also assessed, which the Minister computed from Quinco’s “balance-due day”.  The “balance-due day” is the deadline by which a taxpayer is required to pay to the Receiver General certain amounts payable under the ITA for a particular taxation year.  For a corporate taxpayer, it is either two or three months after the end of the particular taxation year, depending on the circumstances.

Quinco took the position that it should not be liable for arrears interest on the assessed tax debt for the period prior to the assessment date.  It proffered numerous arguments to support its position. The most interesting argument was that, although a GAAR assessment requires a determination of the tax consequences reasonably necessary to deny the tax benefit, it does not permit or extend to the recharacterization of the transaction for any other tax purposes; therefore, a taxpayer’s liability for interest does not arise until the date of the reassessment.

Justice Bocock rejected this argument and explained that an assessment under the GAAR,

“whether alone or in conjunction with another technical omission or non-compliant act, is not an assessment divorced from the other provisions of the Act.”

Here, the assessment was raised utilizing the GAAR, but the assessment “insinuated itself into Part I of the Act to reassess the taxpayer otherwise in the normal course.”  Justice Bocock held that subsection 161(1) arrears interest accrues on any tax payable determined under the GAAR from the balance-due day until the GAAR assessment issuance date (and onwards until payment of the tax payable).

 

 

 

 

 

 

facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail